Home
> > > > Texts
Contacts
 

Binary Kids

 

Autodidacte, Thierry Cohen a notamment appris la photographie en assistant David Seidner et Bettina Rheims. Il choisit d'utiliser les outils numériques dès leur apparition. « Eglises » (1993-95) et « Binary Kids » (2007-08) représentent deux époques de la photographie à l'ère du numérique : les origines - ou l'heure de l'expérimentation - et aujourd'hui - ou le temps de la maturité. Plus intime et personnelle, cette dernière série constitue un tournant dans son travail.
Dans la série « Eglises », créée dans le milieu des années 90, Thierry Cohen élabore des images à partir de détails de photographies noir et blanc représentant des fragments architecturaux d'églises baroques qui, une fois détourés, sont dupliqués puis « collés ». Pour s'approprier ces images, il n'est pas forcément nécessaire de préciser que le photographe entretient un rapport difficile avec l'Eglise et la religion en général. Il est intéressant, en revanche, de montrer que chacun de ses partis pris, notamment le choix d'utiliser la duplication et la symétrie, répond à la volonté de mettre l'esthétique au service d'un discours. Ces images ont été réalisées dans le cadre d'une carte blanche donnée par Erato Disques autour de « L'Intégrale des Cantates » de Bach. Cherchant à mettre la forme au service du fond, Thierry Cohen a opté pour la répétition des motifs afin d'évoquer l'un des signes distinctifs de nombreuses partitions de Bach. De même, le choix des nuages, en fond, est une allusion à la spiritualité, notion également présente chez le musicien. Résultat, Thierry Cohen donne moins à voir des églises que des images abstraites chargées d'onirisme, dévoilant une part de son imaginaire que chacun d'entre nous s'approprie et interprète en fonction de sa propre histoire.
Si cette série invite à la contemplation, «Binary Kids» donne autant à voir qu'à méditer à l'heure où les écrans et les réseaux de communication bouleversent notre façon d'appréhender le monde. Ces seize images ne forment pas simplement une galerie de portrait d'enfants et de préadolescents, elles dressent comme un état des lieux de la génération née dans une période de mutation où jouer, apprendre, s'informer, échanger et communiquer se fait principalement avec un ordinateur. Thierry Cohen s'interroge : dans quelle mesure ces nouveaux outils façonnent-ils les adultes de demain ? S'il n'apporte pas de réponse, il nous alerte en misant sur des images à la fois séduisantes et, d'une certaine façon, terrifiantes. Quelle place prend la technologie dans notre quotidien ? Quelle influence exerce- t-elle sur notre comportement, notre conscience ? En faisant apparaître les composants électroniques de manière subtile, en transparence, comme des tatouages sur les torses et les visages des enfants, Thierry Cohen ne juge ni ne dénonce : il nous invite à réfléchir.

Sophie Bernard, Rédactrice en chef d'Images magazine. Mars 2009