Home
> > > > Texts
Contacts
 

Binary Kids Catalogue du Mois de la Photo à Paris, novembre 2008.

 

Thierry Cohen fut, à la fin des années 80, l'un des premiers à utiliser en France le numérique dans son travail. S'il choisit aujourd'hui un sujet qui a ses références dans l'art de la photographie classique, le portrait d'enfant, celui-ci est d'une autre dimension quand y paraît le cœur de sa propre technique. Sur de purs visages abordés frontalement sont en effet inscrites les cartes des circuits et des composants électroniques qui les constituent. Le photographe, à partir d'un aléatoire primaire, travaille ces surimpressions pour obtenir des effets de transparence mariant l'abstraite réalité des nombres prenant corps en des représentations où la présence individuelle semble du coup relativement effacée.

Cependant diverses corrections discrètes, géométriques et optiques –prolongement effilé d'une carte pour souligner une ligne, recherche d'une symétrie à l'aide des points de soudure, d'un gommé sur une coiffure grâce aux micro-processeurs, d'un flou obtenu par les circuits imprimés– équilibrent par leur sensible souci de précision créative la neutralité des déterminations et rend aux modèles les chances d'une personnalité particulière. C'est la condition, à la fois élémentaire et subtile, pour que ces photographies délivrent leur sens le plus riche, à la fois propre et métaphorique.

Car bien entendu des portraits d'adultes pourraient témoigner des mêmes déterminations de base. Il y manquerait la prospective, suggérée en abyme discret et sensible, touchant l'avenir d'êtres plus exposés à la techno-informatique des réseaux. Face à l'ordinateur, confrontés à des réponses binaires, ces enfants –plus âgés que nous– interrogent : comment évolueront, subsisteront, s'adapteront à l'univers numérique dont ils sont ici marqués, leurs processus de pensée, sens critique, part de libre-arbitre, capacité à rêver ? C'est au risque de ces questions qu'acquiert une profondeur paradoxale et vivante cette autre poétique de la figure humaine.

Nadine Pouillon, conservateur honoraire Centre Pompidou

English